Sélectionner une page

Mort d’un loup – Encore aucune preuve qu’il s’agisse d’un Canis lupus italicus

Elle est aussi discrète qu’un loup. Elle ne montre pas les dents mais plutôt un sourire et arbore un pendentif autour du cou avec une tête de loup. Muriel Liviero est membre du Klan du Loup qui, à plusieurs reprises, a réagi sur notre site par des communiqués suite aux pérégrinations du loup pendant cinq mois sur notre territoire.

Le vendredi 13 novembre 2020, un loup a été abattu sur la commune de Saint-Romain-sous-Gourdon au grand soulagement des éleveurs ovins de la région. Un prédateur qui a tué plus de 150 moutons et en a blessé une bonne cinquantaine.

Pour le Klan du Loup, un doute subsiste. « On parle d’un loup mais nous n’avons aucune preuve ADN, c’est la seule confirmation scientifique fiable » avance Muriel Liviero. Malgré une demande du résultat suite aux premières prédations de l’animal, aucune réponse n’a été apportée par l’Office National de la Biodiversité.

« On impute tout au loup mais il y a aussi des chiens errants, des chiens sauvages qui sont capables d’attaquer à la gorge. Faire autant de victimes, c’est énorme pour un seul loup. Nous sommes face à une omerta » regrette-t-elle.

Et quand bien même s’agirait-il d’un loup, à l’association qui existe depuis 1999, “notre action est d’éduquer et d’informer et je pense qu’ici, il y a matière“. En effet, l’arrivée du loup dans nos contrées à surpris tout le monde, les éleveurs ovins en particulier. « Plutôt que créer une brigade du loup en 2015, il aurait mieux valu informer tous les éleveurs de la potentielle venue du loup sur leurs terres, mais on travaille dans l’urgence et on leur propose des protections qui ne sont pas adaptées en Saône-et-Loire » avance Muriel Liviero.

Lire la suite de l’article sur L’infoRmateur de Bourgogne

loup-mort-abattu-execute

Photographie d’illustration