Sélectionner une page

L’immense majorité de nos contemporains condamne la chasse, loisir de mort, agression contre la Nature, cruauté envers l’animal, ersatz de guerre en temps de paix.

Le nombre des chasseurs diminuent d’année en année se situant au-dessous du million en France.

Mais le lobby, organisé sur des bases corporatistes, sécrète une violence sociale faite de pressions politiques, d’intimidations, révélant que moralement, l’exaltation de la mort ne va pas impunément.

Un maire n’a pas juridiquement de compétences en matière de préservation de la nature.

Il ne peut pas règlementer directement la chasse, matière relevant de la compétence des préfets et du ministre.

Mais, il peut limiter la nuisance des tueurs agréés en prenant un arrêté interdisant « l’usage des armes à feu » sur des parties de la commune au nom de la sécurité publique.

La proximité d’un établissement de soins, d’une maison de retraite, d’un centre de loisirs, un usage familial et de randonnée d’une forêt périurbaine justifient l’interdiction, non pas de la chasse, mais de l’usage des armes à feu dans un secteur défini.

Abolissons la chasse pour le respect de l’animal être sensible, pour la préservation de la nature, pour l’édification et la dignité de l’Homme.

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE et NATURE
Une FORCE POUR LE VIVANT