Sélectionner une page

Courrier de Gérard CHAROLLOIS à l’attention du député Charles FOURNIER

Monsieur le député, Cher Monsieur,

Je viens vous apporter mon ardent soutien à votre proposition de loi visant à élaguer les outrances de la chasse en ce pays.

Très judicieusement, vous portez le fer dans trois abus essentiels :

  1. Votre proposition de loi vise à interdire la chasse les mercredis, samedis et dimanches ainsi que durant les vacances scolaires au nom de la sécurité et de la quiétude des usagers pacifiques de l’espace naturel.
    Vous relevez les très nombreux accidents générés par la chasse auxquels s’ajoutent les incidents quasi-quotidiens résultant de la confrontation d’usages.
  2. Votre texte prohibe la chasse à courre, les chasses braconnières dites traditionnelles aux gluaux, pantes, tendelles et autres modes massifs et non sélectifs de destruction notamment des oiseaux, ainsi que le déterrage des blaireaux et renards dont la cruauté révulse toute conscience.
  3. Votre proposition de loi prohibe enfin les chasses en enclos affectant des animaux captifs, nullement susceptibles de se soustraire aux morsures de chiens et aux tirs pour le moins « peu sportifs » !

Mon soutien s’inscrit parmi ceux d’une immense majorité de nos contemporains.
Toutes les enquêtes d’opinion prouvent que les gens veulent des dimanches sans chasse, l’abolition de la chasse à courre et de toutes ses variantes sadiques et mondaines.
Mais que valent les souhaits de 80% des personnes face au poids d’un lobby pour la frange conservatrice de la classe politique qui, sur ce point, se trouve en complet décalage avec la société ?

Seule variante avec l’exposé de votre proposition de loi, je vous indique que les chasseurs ne sont plus ni cinq millions, ni un million cinq cent mille.
Le président de la fédération nationale des chasseurs assigna devant le tribunal correctionnel de PARIS une de vos collègues en diffamation pour l’audience du 16 septembre de cette année[2022, ndlr].
Il demandait un euro par chasseur et précisait que ceux-ci étaient 988.000.

Nous savions, il y a dix ans, que l’office national de la chasse comptait 1.220.000 permis de chasser validés.
Or, ce nombre diminue chaque année.
Le lobby chasse, confronté au rejet de ce loisir de mort par l’opinion publique, dissimule le nombre des chasseurs et annonce des effectifs parfaitement fantaisistes pour faire impression.
A titre d’illustration, un département rural tel celui de la Dordogne comptait 39.000 chasseurs en 1984 et 18.000 à ce jour.

Bien sûr, les partis conservateurs à l’Assemblée Nationale et surtout au sénat s’opposeront à votre proposition de loi en dociles serviteurs du lobby chasse qu’ils sont.
Se faisant, ils trahissent les aspirations de tous les citoyens, y compris de leurs électeurs qui ne savent pas la nocivité de ceux qu’ils élisent.

Je vous remercie de défendre ainsi, à la fois l’Animal victime de la cruauté, la Nature malmenée par les traditions funestes et la dignité humaine qui réside dans la répudiation de la violence primaire.

La chasse loisir est une injure faite à l’intelligence et la compassion.
Un jour, elle rejoindra dans l’insondable poubelle de l’Histoire bien d’autres us et coutumes dont l’aberration s’impose quand le temps est venu.

Gérard CHAROLLOIS
Convention Vie et Nature