Sélectionner une page

Nous ignorons qui a assassiné Frédéric BEZON à Vauvert, dans le Gard, mais nous savons que dans diverses régions françaises, dans l’arrière-pays méditerranéen et en baie de Somme, entre autres, des bandes fascisantes sévissent en connexion avec certains milieux de la chasse.

Menaces, intimidations, incendies, tueries d’animaux de compagnie, exactions, paralysent les autorités locales.

Les veules politiciens, plus prompts à consacrer une injustice qu’à affronter un désordre, détournent le regard et feignent d’ignorer les faits.

C’est que l’école de la violence et la brutalité primaire constituent une sous-culture criminelle qui sévit dans certains milieux agro-cynégétiques que l’on voudrait minoritaires.

Pour ces esprits demeurés, toute personne venant de l’autre côté de la colline et refusant le massacre de la Nature devient un étranger malvenu dans leur trou à traditions peuplé « d’imbéciles heureux qui sont nés quelque part ».

Là encore, je serais plus sévère pour le politicien lâche qui flatte cette arriération que pour le bougre prisonnier de ses préjugés, de son hermétisme crasse.

Ainsi, dans le Var, les Alpes-Maritimes, ici le Gard, voici des meurtres bien ciblés, des gens de mieux qui dérangent les traditions !

Bien sûr, l’honnêteté dont il convient de ne jamais se départir conduit aussi à refuser toute généralisation, mais sociologiquement, des terroristes suscitent la peur dans certaines régions.

Sachez-le !
L’Arbre, l’Animal et l’Homme souffrent des ennemis de la Terre.

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE et NATURE