Sélectionner une page

Au nom de la protection de la biodiversité, une rumeur grotesque prête au Conseil Régional d’île-de-France l’intention d’allouer au lobby chasse une somme de 57500 euros destinés à financer l’achat de milliers de faisans d’élevage pour alimenter le stand de tirs des tueurs agréés.

Cette historiette en dit long sur la nocivité de la chasse et l’irresponsabilité des politiciens totalement décalés par rapport aux aspirations de l’opinion publique.

Certains élus, par mépris du Peuple, n’ont pas encore compris que le loisir de mort n’était plus prisé que par une infime minorité de la population (moins de 2%).
Les chasseurs ne sont plus un million trois cent mille comme ils l’affirment encore parfois, mais moins d’un million et leur nombre diminue chaque année.

Toutes les enquêtes révèlent qu’une grande majorité de Français condamne la chasse.

Mais pour les élus, le Peuple français demeure un ramassis de tueurs d’oiseaux, de tortionnaires de blaireaux, d’assassins de renards, de piégeurs cruels.
Comment peut-on affecter de l’argent public à l’achat de malheureuses volailles offertes aux pulsions des chasseurs ?
Le tir du faisan de cage constituerait-il un acte en faveur de la préservation nécessaire de la biodiversité ?

Français, voyez comme ils vous méprisent ces élus qui vous confondent avec des chasseurs !

Voyez ce qu’ils font de l’argent public dont ils sont si avares lorsqu’il faut créer des emplois publics et améliorer le sort des personnels !

Gérard CHAROLLOIS
CONVENTION VIE et NATURE